Jean-Luc Hauser 18ans

Sa passion pour la photographie commence très tôt, lorsqu’à 18 ans, Jean-Luc Hauser débarque aux Etats-Unis pour la première fois. Animé à la fois par la découverte d’un continent propice aux rêves et une passion embryonnaire pour la photographie, sa rencontre avec Don Thorpe, photographe américain professionnel sera déterminante.

Thorpe le prend sous son aile et lui révèle la force de l’image, le langage des émotions qu’elle concentre et qu’elle diffuse. Dès lors, Jean-Luc n’a de cesse de s’écrire, communiquer ou se dévoiler par l’image comme d’autres le font par les mots. Pour Jean-Luc Hauser, homme relativement peu bavard, l’image devient alors le reflet de ses émotions, elle exprime ce que l’homme ne dit pas. La photographie devient sa voix, l’image son langage.

Pourtant, de retour en France, Jean-Luc Hauser, ambitieux et pragmatique, se lance à corps perdu dans son autre passion, l’ingénierie informatique et, persuadé qu’art et science ne peuvent cohabiter, relègue la photographie au rang de loisirs.

En 2004, la vie lui offre l’opportunité de donner plus d’essor à sa passion pour la photographie lorsqu’il se lance dans la création de son studio photo professionnel parallèlement à la création d’une entreprise informatique. Encore une fois, il jongle entre les deux mondes, scientifique et artistique, sans pour autant les mêler.

Des difficultés financières l’obligent à revoir ses projets, la photographie prend à nouveau du recul au profit d’une carrière scientifique florissante et confortable… mais pas pour longtemps.

Cette première tentative professionnelle restera très formatrice et s’inscrira comme une expérience concrète du métier artistique.

En 2009, un tournant radical va réorienter brutalement les projets de Jean-Luc. 15 années de photographie vont se perdre irrémédiablement lors d’un déménagement pour les EtatsUnis et précipiter le photographe sur la scène. La rage artistique remonte en lui, la soif de réécrire toute l’histoire, l’envie irrépressible de tout recommencer explose.

JeanLucHauser.com-1

C’est le moment où la vision d’une nouvelle vie éclate sous ses yeux, où les chiffres et les langages informatiques disparaissent sous l’image, deviennent la trame ou le vernis d’une toile d’émotions ; le regard de Jean-Luc est arrivé à maturité. Son œil unique, relativement juste, capable de saisir des instants inexprimables s’associe spontanément au silicium pour figer, intensifier, exacerber les émotions, distillant les formules algébriques, l’algorithme de sa vie à travers l’image.

Enfin, Jean-Luc Hauser est complet, il peut partager librement et pleinement ce qu’il est, ce qu’il ressent en fusionnant ses deux passions.

Il aura fallu près de 45 ans à Jean-Luc Hauser pour réconcilier raison et émotion, pour concilier science et art et produire des images originales et saisissantes pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos propres émotions.

Sophie H.