Tout a commencé au cours des 20 derniers millions d’années de la période du trias. Il y a donc… 180 à 200 millions d’années. Cette région alors couverte de marécages et de cours d’eau était couverte d’imposants conifères. Ouragans, pluies diluviennes, gel, plissements et craquements de la croûte terrestre ont renversé, englouti et malaxé ces arbres qui ont fini par regagner la surface avec les fossiles marins. En visitant le parc national de Petrified Forest, jumeau du parc de Painted Desert au nord-est de l’Arizona (18 miles à l’ouest de Navajo), on découvre sur un plateau devenu aride ces arbres géants qui ont été métamorphosés en blocs de « pierre ».

Le parc

Le parc est une vraie splendeur qui, heureusement, a été protégé car ses richesses naturelles auraient pu s’épuiser, cibles des pilleurs sans foi ni loi du bon vieux Far West ! Ce phénomène de la Nature fut en effet découvert par l’homme en 1851 et resta inconnu jusqu’à l’arrivée du chemin de fer et des pionniers, vers la fin du 19e siècle. Chasseurs de souvenirs, collectionneurs et fabricants de bijoux se mirent alors à attaquer les précieux matériaux à la dynamite. Leur butin ? Les améthystes et les cristaux de quartz que renfermaient les centaines de milliers de troncs pétrifiés.

Un desert bleu

Ce sont les amateurs de photos qui s’en donnent à cœur joie, surtout le matin et en fin de journée quand la lumière rase les sculptures de pierre. Le fer, le manganèse, la silice, les carbones pigmentent alors vivement les bois pétrifiés et les formations rocheuses du désert dont les rouges et les bleus s’intensifient. Pour en avoir le meilleur aperçu, rien ne vaut un détour à Jasper Forest et à Blue Mesa. Ces deux sites offrent le spectacle enchanteur de troncs multicolores et d’un désert bleu pétrifié d’arbres.

En sillonnant le parc, on peut apercevoir ses habitants actuels : antilopes, lynx, lapins, chiens de prairie, coyotes… Et admirer une infinie variété de plantes dont certaines donnent des fleurs. On découvre aussi que la vie animait les lieux du temps de l’occupation indienne comme en témoignent les vestiges d’un village à Pueblo Puerco et les traces silencieuses de leur passage laissées sur Newspaper Rock, le « journal » en grès où les dessins rupestres révèlent des pans de leur quotidien.

Liens utiles

Carte