Histoire

D’une superficie de 145 km2, le parc est renommé pour ses formations géologiques composées de roches colorées aux formes coniques et âgées de dizaines de millions d’années. Le parc est constitué de zones élevées et semi-arides, et présente un ensemble d’immenses amphithéâtres naturels parsemés de nombreux hoodoos produits par l’érosion du plateau de Paunsaugunt.

L’occupation humaine de la région remonte à une dizaine de milliers d’années mais aucune preuve archéologique n’indique pourtant que l’Homme y vit en permanence. Les régions environnantes du parc sont habitées par des peuplades précolombiennes entre le XXe siècle et le XIIe siècle, puis par des Amérindiens Païutes qui y limitent leurs activités à la chasse et la cueillette.

Les premiers explorateurs européens parviennent au sud de l’Utah à la fin du xviiie siècle et les premiers colons, des mormons, s’y installent à la fin du xixe siècle. À la suite du travail que le charpentier Ebenezer Bryce effectue dans la région, cette petite communauté nomme le lieu Bryce Canyon. Il s’agit cependant d’un amphithéâtre naturel et non d’un canyon. En 1928, Bryce Canyon et sa région environnante deviennent un parc national. Les membres du personnel du National Park Service ont depuis pour mission de protéger les richesses du parc tout en accueillant et en sensibilisant le million de touristes qui visitent le parc chaque année.

Le parc

Dans ce parc, vous rencontrerez des « hoodoos » multicolores par centaines et resterez longtemps à vous demander comment la nature a-t-elle bien pu créer ce merveilleux spectacle… Pendant des millions d’années, le travail de sape de l’eau et du gel a sculpté ici un paysage unique : d’immenses cheminées de fée, dont certaines ont reçu un nom (Thor’s Hammer, Queen Victoria, The Hunter, The Rabbit, Indian Princess…), de grands murs de roche, de plusieurs mètres de haut et de large, des arches…

Des sentiers de randonnées pédestres serpentent à travers le parc, le long du plateau et en bas dans le canyon, parmi les formations rocheuses imposantes en forme de tours. Ces nombreux sentiers sont fléchés selon les niveaux, depuis le Bristlecone Loop Trail, petite balade facile d’une heure de marche au départ de Rainbow Point jusqu’à certains parcours plus ardus, comme le Fairyland Loop Trail qui affiche près de 300 mètres de dénivelé et 13 km de longueur. Ces marches d’une demi-journée demandant plus d’entraînement. Le site se situe à 2400 mètres d’altitude et l’arène de pierre est profonde de 300 mètres. Il peut donc y faire très chaud dans la journée, mais aussi très froid dès que le soleil se cache !

Il est tout à fait possible de faire le tour des points de vue en voiture, sur une route de crête d’une trentaine de kilomètres. Les treize points d’observation sont facilement accessibles, permettant d’admirer le formidable paysage et de photographier sous toutes les coutures les géants de pierre dont les contours semblent changer avec la lumière. Ne pas rater le Natural Bridge : Une arche naturelle creusée dans le grès par l’érosion.

Liens utiles

Video