Le premier rallye international de paramoteur s’est déroulé dans le sud de la Tunisie fin 2015. Treize pilotes plus des accompagnateurs ont participé au rallye. L’île de Djerba en a été le point de départ et d’arrivée.

Les paramoteurs ont été transportés assemblés dans les bennes des véhicules pick-up.

Les plus beaux sites

  • Chenini et son ksar. Très certainement le plus beau site à visiter dans la région du Sud.
  • L’oasis de Ksar Ghilane. Si l’oasis, victime du tourisme de masse avec ses locations de quads omniprésentes et ses tentes en béton (oui, oui) n’à que peu d’intérêt, en revanche les dunes qui l’entoure embellissent les environs.
  • Campement Mars. Dans le Sahara, au cœur du Grand Erg Oriental, se dresse Timbaine, « la montagne qu’on voit de loin ». C’est la que s’est posé le Camp Mars. Amoureux du désert : cet endroit est incontournable!
    Le diner aux chandelles avec nappes, lanternes et chandeliers est féerique. Sans parler de la gargoulette (cuisson de poulet / mouton dans une jarre en terre cuite directement dans les braises) gastronomique et du pain de sable (cuit dans le sable).
  • Matmata. Cette magnifique région montagneuse possède un grand nombre d’habitations troglodytes encore utilisées de nos jours.

Chenini

Chenini est un village troglodytique berbérophone du sud de la Tunisie situé à 18 kilomètres de Tataouine. Il est surplombé par un ksar citadelle, ou kalâa, juché sur une butte à environ 500 mètres d’altitude. Il s’agit d’un lieu de stockage des réserves alimentaires et des biens de valeur qui servait également de refuge en cas d’attaque. Son minaret blanc servait autrefois de repère aux caravaniers

Matmata

Matmata est le nom d’une tribu berbère qui est elle-même descendante des Temzit. Elle fonde, près d’une source thermale, la ville de Hamma Matmata (actuelle El Hamma). Elle est contrainte de la fuir au cours des invasions des Hilaliens et fonde l’actuelle Matmata dans les montagnes avoisinantes qui portent le même nom. Toutefois, on n’y parle plus berbère, ce qui est encore le cas dans les villages voisins de Taoujout, Tamezret, Techine et Zrawa.

Les habitations troglodytiques sont creusées dans les flancs de la montagne autour d’un vaste puits habituellement circulaire. Autour de ce puits constituant la cour de l’habitation sont creusées longitudinalement et en étages les pièces qui serviront pour l’étage inférieur de chambres (camour), de cuisine (matbakh), de bergerie pour les chèvres et d’étables, l’étage supérieur étant réservé pour le stockage (makhzen) des céréales, dattes, olives et figues séchées

Camp de mars

Cinquante deux tentes de toile blanche, composent cet hébergement écologique, de tout confort et chaleureux, pour le plus grand plaisir des amoureux du désert à la recherche de sensations authentiques. Lits doubles ou simples, couvertures bédouines douces pour nuits fraiches, mergoums (tapis berbères), bougeoirs, douche, lave mains en cuivre pour économiser l’eau si rare, des toilettes sèches, tout est fait dans le respect de la nature, une halte paradisiaque pour les baroudeurs.

Une cuisine simple et vraie, préparée sous vos yeux est servie au creux d’une dune ou sous une grande tente faisant office de restaurant .

Site officiel du camp de mars

Remerciements

Aux organisateurs Hédi Mizouri et Rachid Hammoudi.