Festival des villes anciennes, janvier 2014

Invités par le gouvernement mauritanien, plus de deux cents personnes (journalistes, photographes, agences de voyages, …) ont débarqué dans la petite ville de Oualata dont la zone est marquée de rouge par le ministère de l’intérieur français. Pour d’obscures raison, le gouvernement français a tenté d’annuler le voyage, le Mali situé à 50km n’est certes pas des plus rassurant, mais depuis quand on nous dit – ou et comment voyager ?

Accueillis par une tribune d’officiels, on arrive enfin après avoir passer plus de 8h pour obtenir les visas… Discours officiel, rafraîchissements sous la tente, l’accueil est classe et chaleureux. J’ai eu bien le temps de m’inspirer de cette terre brûlée, bientôt remplacée par celle du sable fin. 4h de piste défoncées, parcourues en convoi militaire, cinquante 4×4 à vive allure, allant du coucher du soleil à la nuit sombre. Je savoure les odeurs, je dévore ce paysage que j’aime tant, j’ai le sourire, je suis dans le Sahara !

Arrivée à Oualata

La ville toute entière est bouclée, un tier des effectifs de l’armée est en faction tout autour de nous, très certainement pour protéger la venue du Président Mauritanien. Je ne me souviens pas avoir vu autant de 4×4 de luxe, rassemblés dans une si petite ville, la transition est saisissante d’autant que la moitié de la ville est en ruines. Les notables se sont déplacés pour se montrer au président.

J’avais emporté mon studio portable par peur de voir la ville envahie par des hordes de français en vadrouille. Courageux mais pas téméraires, nos chers compatriotes n’ont en rien gâché mes images, ils étaient tout simplement invisibles ! Ce qui m’a laisser champ libre à explorer la ville, à la ressentir vibrer, à rencontrer les habitants et à jouer avec les enfants

Oualata

Oualata est l’une des plus vieilles cité d’Afrique encerclée par un impressionnant désert et classée patrimoine mondial de l’UNESCO en 1996. Fondée par les Soninkés au VIIe siècle et intégrée à l’empire du Ghana, la ville fut détruite en 1076 avant d’être restauré en 1224.

La situation géographique privilégiée de Oualata lui a permis de devenir un carrefour de civilisations. La ville était un axe commercial fondamental vers les routes du Sahara. Ainsi, Arabes, Berbères et autres populations d’Afrique subsaharienne y ont laissé d’innombrables empruntes culturelles.

Oualata se singularise par les façades de ses maisons qui sont richement décorées par les femmes et repeintes après chaque saison des pluies.

Le chameau

Le chameau est un mammifère de la famille des camélidés.L’espérance de vie moyenne d’un chameau est de 60 à 70 ans. Un chameau adulte peut mesurer jusqu’à 1,85 m à l’épaule et 2,00 m aux bosses. Les bosses s’élèvent à environ 75 cm de son corps. Les chameaux ne sont pas très rapides à la course contrairement aux dromadaires, ils peuvent courir jusqu’à 20 km/h au maximum sur de courtes durées et maintenir une vitesse allant jusqu’à 10 km/h. Le chameau est plus petit, moins musclé et plus trapu que son cousin dromadaire. La chamelle pèse jusqu’à 600 kg et le mâle plus de 800 kg.

En Mauritanie, le chameau est de moins en moins utilisé, il est élevé pour sa viande. Nous avons eu la chance de voir autant de chameliers, tous vêtus de leurs habit traditionnels, venu pour la course de chameaux qui se déroulait devant le président de la Mauritanie.