Un pays accueillant

La Mauritanie, officiellement appelée République islamique de Mauritanie, est un pays saharien de l’Afrique de l’Ouest. Sa superficie couvre plus d’un million de kilomètres carrés (deux fois la France), soit à peu près l’équivalent des pays comme le Tchad, le Niger, l’Angola, le Mali, l’Afrique du Sud, l’Éthiopie ou l’Égypte.

La Mauritanie est une surprenante rencontre du Maghreb et de l’Afrique noire, marquée par sa diversité ethnique : la population, encore fortement ancrée dans l’appartenance tribale, se répartit entre Arabo-Berbères et Négro-Africains.

Elle est par nature une terre de passage, un carrefour de cultures. Très commerçant, le pays est parfois encore traversé par des caravanes. Dans ce trait d’union entre Afrique du Nord et Afrique subsaharienne, on croise des Occidentaux, des trekkeurs venus défier les dunes.

La Mauritanie est l’un de ces pays où l’on peut encore goûter aux espaces infinis, à l’illusion d’une liberté sans conditions. Mais vous serez surpris d’y trouver aussi des usines modernes, un réseau GSM omniprésent y compris dans le désert.

Le français a été une langue officielle avec l’arabe jusqu’en 1991. Toutefois, malgré son absence de statut dans les documents juridiques officiels, le français facilite grandement les échanges avec la population. Bien qu’il n’ait aucun statut juridique en Mauritanie, le français bénéficie dans les faits (de facto) de prérogatives d’une langue co-officielle. En effet, il est utilisé dans les textes de lois, les formulaires administratifs, l’enseignement et les manuels scolaires, la publicité, les médias, etc.

La Mauritanie compte des esclaves qui appartiennent forcément à la couche inférieure de la société. Ce sont les guerriers (les hassans) et les religieux (marabouts) qui sont au sommet de la pyramide sociale. La promulgation de l’interdiction de l’esclavage en 1981 n’a jamais été suivie de mesures d’application efficaces. Selon Amnistie internationale, Anti-Slavery International et de nombreuses ONG locales, plus de 10 %, voire 20 %, de la population (entre 340 000 et 680 000) serait toujours retenue en esclavage en Mauritanie, bien que cette pratique ait été officiellement abolie.

Liens utiles

Carte
Video