La fermière me met en garde, le taureau lui fait peur, « il est parfois imprévisible ». Je m’aventure tout de même sur son territoire, une approche prudente et téméraire, le regard fixé vers la bête. Etant de bonne humeur, le roi du champ me regarde à peine, a moins de m’approcher trop près de ses vaches, il m’ignore, c’est presque frustrant.

Me voici à moins d’un mètre, accroupi juste en dessous de lui le grand angle vissé sur l’appareil, sa puissance est bien visible, il semble prendre la pose, lui et sa favorite du moment, un joli couple de bovidés.